5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 19:00
D'Eugénie à Emilie

Chère lectrice, cher lecteur, bonjour !

Le restaurant D'Eugénie à Emilie est situé place de la Résistance, 1, à 7331, Baudour. Une ancienne fermette basse abrite une petite enfilade de pièces décorées simplement, dans un style campagnard chic, avec des murs sombres et des tables bien éclairées nappées de blanc.

Fidèles à notre habitude, nous optons pour une coupe de champagne (15 euros) en guise de mise en route, et en profitons pour porter notre choix sur le menu "Epicure", le plus long  proposé, composé de cinq plats plus un dessert, à 95 euros. Nous l'accompagnons de la sélection de vins "sympa", à 50 euros par personne.

Le service est rapide, et notre table se garnit très vite d'une succession de quatre amuse-bouche : rillettes de cochon fermier, espuma de betterave avec crumble et comté, crème brûlée de potiron avec crème de cacahuète, et velouté de homard avec crème fleurette et amandes concassées. Tout cela est de très bonne qualité, parfaitement exécuté, dans un esprit classique avec de petites touches de modernité. 

Les quatre mises en bouche

Les quatre mises en bouche

On nous sert le premier vin du repas, un Marsanne Louis Cheze 2011, agréable et floral, qui accompagne une mousseline de coco, écrevisse, mâche et vinaigrette au jus de truffe. Un plat tout en douceur, où la mousseline de coco farcit le coffre de la langoustine.

Langoustine et coco

Langoustine et coco

Le second vin blanc servi est un Chardonnay Saint-Aubin, domaine Sylvain Langoureau, aux notes d'agrumes affirmées. Il vient étayer des noix de Saint-Jacques rôties, avec beurre blanc et tombée d'épinards. Un plat on ne peut plus classique, mais parfaitement maîtrisé.

Noix de Saint-Jacques

Noix de Saint-Jacques

Notre troisième vin est un Sauvignon de Touraine Trinqu'âmes 2012, au caractère très tranchant. Il est associé à un bar de ligne juste rôti, tapioca à la pulpe de pamplemousse, jeune oignon, sauce mousseline au piment d'Espelette et jus d'agrumes. Ce plat nous déçoit quelque peu : le bar est malheureusement trop cuit et, malgré les accompagnements plus réussis, ne parvient pas à nous convaincre. Nous apprécions par contre le choix du vin assorti, dont les notes d'agrumes se marient très bien avec le jus.

Bar de ligne

Bar de ligne

Accompagnée par le même Sauvignon, la préparation suivante est un éclat de ris de veau juste rôti avec truffe mélanosporum râpée, risotto travaillé au parmesan et jus de viande réduit. Un plat très bien exécuté, aux saveurs riches et affirmées, et à la texture d'une grande onctuosité.

Ris de veau et risotto

Ris de veau et risotto

Notre vin rouge est un Chiroubles Vieilles Vignes 2011 Christophe Savoye, un vin de caractère qui se marie bien avec le pigeonneau d'Anjou, réduction aux morilles, pommes écrasées et légumes glacés. Une fois encore, un plat dans la plus pure tradition, mais qui remplit bien son office.

Pigeonneau

Pigeonneau

Le menu s'achève sur une part de galette des Rois, agrémentée d'une glace à la vanille de Madagascar, turbinée minute. Un dessert trop conventionnel à nos yeux, et qui aurait utilement été remplacé par une préparation plus personnelle et plus légère.

Galette des Rois

Galette des Rois

Pour terminer, nous commandons un café (6 euros) qu'on nous sert avec quatre mignardises, certes savoureuses, mais très classiques elles aussi.

Mignardises

Mignardises

En conclusion, nous sommes plutôt satisfaits de notre soirée chez D'Eugénie à Emilie. La maison est de bonne tenue, le service rapide et stylé. Ce ne fut pas un grand moment de découverte, mais nous y avons dégusté de très bonnes préparations, qui toutes, hormis le bar, ont révélé une grande maîtrise. Mention spéciale pour les pains et la fougasse maison, absolument délicieux. Nous avons également apprécié la sélection des vins, judicieusement choisis et généreusement servis. L'addition s'élève à 332 euros pour deux personnes, tout compris, un montant assez conséquent tout de même. Précisons toutefois que les autres menus proposés sont moins coûteux, comme par exemple le menu "En quatre saveurs" à 63 euros, éventuellement assorti d'une sélection de vins à 38 euros.

Faut-il aller chez D'Eugénie à Emilie ? Oui, si vous recherchez une adresse soignée pour un repas classique de bonne facture.

Catherine et Daniel

Partager cet article

Repost 0
Publié par tables-et-voyages - dans Restaurants étoilés
commenter cet article

commentaires