9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 14:35
Afrique du Sud - 8 : Franschhoek - Stellenbosch - Le Cap

Vendredi 3 août (suite)

Nous regagnons le port de Hermanus et reprenons la voiture pour la suite de notre voyage. Franschhoek est situé à une centaine de kilomètres, que nous parcourons en 1h30. Nous découvrons avec plaisir le « Rickety Bridge Manor », le bâtiment de style Cape Dutch d’un domaine viticole dans lequel nous allons passer la nuit. Celui-ci ne comporte que deux chambres (pour l’équivalent de 120 euros), situées à l’étage sous une belle charpente recouverte de chaume. L’endroit est plein de charme, bien meublé et aménagé. On nous offre une dégustation de 5 vins de qualité, servis assez généreusement, et qui font beaucoup d’effet sur nos estomacs vides. Nous nous octroyons donc une petite sieste avant de repartir pour le repas du soir, que nous avons réservé au « Bon vivant », un restaurant gastronomique recommandé par des amis. Nous optons pour le menu surprise, en 5 services, avec assortiment vins. Il ne s’agit pas d’une cuisine étoilée, mais soignée et plus inventive que la moyenne en Afrique du Sud. Nous en ressortons avec une addition de l'ordre de 90 euros.

Rickety Bridge Manor

Rickety Bridge Manor

Samedi 4 août

Un petit déjeuner nous attend dans la petite salle à manger qui nous est réservée. Après celui-ci, nous quittons les lieux pour entamer une visite de cette région des vins. Nous commençons par le musée des Huguenots à Franschhoek, qui s’avère malheureusement fermé. Juste à côté de celui-ci, nous flânons un peu dans le cimetière attenant, qui comporte de nombreuses tombes de Huguenots aux noms français (Le Roux, ...).

Nous poursuivons avec le Babylonstoren, auquel on accède après s’être acquitté d’un droit d’entrée de 20 ZAR par personne. Il s’agit essentiellement d’un magnifique domaine datant de 1692, comportant un gigantesque jardin potager et médicinal, un verger et des vignes. Le tout est cultivé en bio et superbement entretenu. Nous nous y promenons avec beaucoup de plaisir et admirons au passage les différents bâtiments anciens de style Cape Dutch. Le domaine vend également ses propres produits, et possède une petite boucherie et une boulangerie. On y trouve aussi un espace de dégustation des vins, dans lequel nous effectuons notre deuxième « wine tasting » (55 ZAR), qui s’avère nettement moins convaincante que la première, et que nous accompagnons d’un plateau garni de produits du domaine.

 

Babylonstoren

Babylonstoren

Nous reprenons la voiture et mettons le cap sur Stellenbosch, une ville beaucoup plus importante, où nous commençons par visiter la Dorp street, bordée de maisons historiques. Non loin de là se trouve le Stellenbosch Museum (entrée 30 ZAR), composé de quatre maisons d’époques différentes, la plus ancienne datant de 1709. Toutes sont bien aménagées et meublées dans le style de l’époque, dans l’esprit d’une reconstitution authentique.

Stellenbosch Museum

Stellenbosch Museum

Nous décidons ensuite de visiter une troisième winery, le Rust en Vrede, qui jouit d’une très solide réputation. Elle est située à une dizaine de kilomètres de Stellenbosch, dans une très jolie vallée constituant un cadre enchanteur. Nous y effectuons une troisième et dernière dégustation, avec  quatre vins d’une qualité nettement supérieure, pour le prix de 120  ZAR.

Domaine Rust en Vrede

Domaine Rust en Vrede

Il nous reste encore une petite heure de route jusqu’au Cap, situé à une cinquantaine de kilomètres de là. Nous nous installons au Hippo Boutique Hotel (environ 45 euros la nuit), un établissement moderne et bien situé.

Nous décidons de prendre notre repas du soir à deux pas de là et optons pour le Carne, un restaurant dédié à la viande et proposant également des préparations italiennes. Nous y commandons des côtes d’agneau et un assortiment de tendres venaisons (autruche, koudou, impala, gnou noir...). Nous nous contentons d’un verre de vin chacun et réglons notre addition de 700 ZAR.

Dimanche 5 août

Nous prenons un cappuccino au Knead, un café proche de l’hôtel, avant de nous installer dans le van réservé la veille pour une visite guidée de la ville (520 ZAR par personne). Nous voyons le Waterfront et ses nombreux hôtels et immeubles cossus, grimpons jusqu’au départ du téléphérique vers la Table Mountain (impossible d’aller plus haut, vu la couverture nuageuse) pour une belle vue sur la ville en contrebas, faisons halte au Signal point pour un autre point de vue panoramique de la côte, passons un instant chez un bijoutier local, prenons quelques clichés de Green Market Square et ses échoppes de souvenirs en provenance de toute l’Afrique, et admirons les enfilades de maisons colorées de Bo-Kaap, le quartier musulman de la ville. En guise de conclusion, notre intarissable guide chauffeur nous dépose à l’entrée du South African Museum, où sont exposés sur plusieurs niveaux de très intéressantes et didactiques collections sur l’histoire naturelle du pays, avec notamment de remarquables peintures rupestres. Pour le repas du soir, nous nous rendons au « Kloof Street House », à deux pas de notre hôtel. L’endroit est joliment décoré, en une succession de petits salons cosy, avec lumière tamisée. L’osso buco est plutôt goûteux, même si la tomate est peu présente dans le plat, et la pièce d’autruche moins tendre que la veille. Le vin est correct, tout comme l’addition (900 ZAR).

Le Cap

Le Cap

Afrique du Sud - 8 : Franschhoek - Stellenbosch - Le Cap

Lundi 6 août

Cette journée est d’emblée placée sous le signe des ratés. La réception nous appelle dès 7H30 du matin pour nous signaler que la visite guidée dans les Townships est annulée, en raison de mouvements de grève et de protestation susceptibles d’entamer la bonne marche de la visite, voire sa sécurité. Nous décidons alors de nous rendre à pied au Waterfront, en vue d’effectuer la visite de Robben Island. Arrivés au guichet d’enregistrement, nous apprenons qu’il n’y a plus aucune place disponible, pour aucun des départs du jour ni ceux du lendemain ! Nous nous contentons dès lors d’une rapide visite de l’expo à l’étage du même bâtiment, consacrée à des photos de presse de Nelson Mandela. Le temps se couvre de plus en plus, et la pluie finit par tomber, de petites ondées tout d’abord, puis, à mesure que la journée avance, sous forme de sérieuses averses. Nous prenons la voiture pour nous rendre au sud de Cape Town, à Boulders tout d’abord, pour y observer une colonie de manchots aussi frigorifiés et trempés que les touristes qui les prennent en photo, puis poussons jusqu’à la pointe du Cap, du moins jusqu’à l’écriteau qui l’annonce, au départ du sentier pédestre, avant de rebrousser chemin vers notre hôtel.

Boulders beach

Boulders beach

Le soir venu, nous faisons le tour de plusieurs restaurants qui nous tentent, mais tous affichent complet. Nous revenons finalement au Carne de l’avant-veille, et y prenons une énorme côte à l’os florentine (1 kg 200 pour deux personnes), juteuse et savoureuse, accompagnée de pommes de terres frites et d’une bouteille de vin, le tout pour l'équivalent de 70 euros.

Mardi 7 août

Pour notre dernière journée en Afrique du Sud, le soleil revient timidement dans les rues de Cape Town, et nous en profitons pour pousser la porte du musée du District Six, qui montre de manière assez confuse l’histoire de ce quartier entièrement rasé et dont les habitants ont été déportés, dans le but de permettre l’installation d’une université et de logements réservés aux Blancs, ce qui finalement ne se fera pas. Le district Six reste encore à ce jour un grand terrain vague inoccupé.

Nous visitons ensuite le Lodge des Esclaves, une exposition prenante sur un sujet grave qui reste malheureusement encore d’actualité dans de nombreuses parties du monde. En guise de note finale plus légère, nous flânons un moment dans les allées du Company's Garden, où se pourchassent de peu farouches écureuils, parmi de nombreuses essences variées et quelques jolis massifs de fleurs.

 

Afrique du Sud - 8 : Franschhoek - Stellenbosch - Le Cap

L’heure est venue de repartir pour l’aéroport, de rendre notre voiture à l’agence de location, puis de prendre notre premier vol vers Istanbul qui décolle à 17h20 pour arriver à destination vers 4H30 du matin. Nous avons une escale de 3h30 à Istanbul, où nous tuons le temps dans un petit café... tant et si bien que nous ne remarquons pas qu'il est une heure plus tôt à Istanbul qu'en Afrique du Sud et en Belgique, et manquons notre vol à destination de Bruxelles ! Heureusement, un bureau très efficace nous retrouve gratuitement deux billets pour un départ quelques heures plus tard. 

En résumé, ces trois semaines en Afrique du Sud auront été avant tout placées sous le signe de superbes paysages et animaux sauvages. Il est très facile d'y circuler en voiture de location (si la conduite à gauche n'est pas un problème) et l'hébergement est de bonne qualité. On y mange plutôt bien (à condition d'être carnivore) et le vin est abordable et meilleur que les flacons sud-africains vendus chez nous. Les bâtiments historiques et musées étant principalement liés à l'esclavage, la domination blanche et l'apartheid, il ne s'agit pas vraiment d'une destination de choix pour les amoureux de culture. De même, le contact avec la population reste marqué par ce contexte historique, les Blancs ne prêtant aucune attention aux touristes et les Noirs ne recherchant pas vraiment à engager le dialogue. Néanmoins, l'enchantement ressenti à la découverte de la superbe nature vaut assurément le voyage. Mais celui-ci a un prix... il faut compter un budget deux fois supérieur à celui d'un séjour de même durée en Inde !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires