17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 20:06
GOA2 00

 

28 juillet : Goa

Après notre petit déjeuner, nous réglons notre note d'hôtel. Nous avions choisi cette fois-ci une chambre standard au prix de 2400 Rs, un choix intéressant, car bien que plus petite, cette chambre est aussi agréable et joliment meublée que celle de la catégorie supérieure.

Nous prenons un bus pour Margao, où un tuktuk nous conduit jusqu'à Chandor, situé environ 15 km plus loin. Nous y visitons la Bragança House, plus précisément l'aile Pereira (l'aile Menezes est fermée). Cette demeure a été construite à partir du 16ème siècle. Elle est encore aujourd'hui occupée par les descendants des familles en question, et le temps semble s'y être arrêté.

Goa2 01
Goa2 02
Bragança House
Goa2 05 

Goa2 03 Goa2 04


Tandis que nous demandons notre chemin sur la route, l'homme qui nous répond nous propose de venir visiter sa propre maison, toute proche et datant de 1925. L'endroit est plus modeste que la Bragança, mais intéressant tout de même, et nous apprécions l'accueil spontané qui nous est réservé.

Goa2 06

 

Nous poursuivons notre route jusqu'à la Casa Fernandes, une autre vieille demeure qui permet elle aussi de se replonger dans le passé.

Goa2 07 Goa2 08
Casa Fernandes  

 

Nous reprenons un bus jusqu'à Margao, puis un tuktuk jusqu'à Quepem, où nous visitons le Palácio do Deão, une autre maison coloniale, du 18ème, réaménagée par la famille qui l'occupe, et dont le maître des lieux nous fait une visite guidée éclair.

Goa2 09
Palácio do Deão
   
Goa2 10 Goa2 11

 

Notre tuktuk nous ramène au Bus Stand de Margao, où nous prenons un bus pour Panjim.Après un petit jus de mangue bien frais et amplement mérité, nous embarquons à bord d'un bateau de croisière qui, pour la modique somme de 150 Rs par personne (2,5 euros), propose une promenade d'une heure environ sur la rivière Mandovi, agrémentée de deux ou trois petits spectacles de danse folklorique goanaise sans grand intérêt. Le coucher de soleil qui accompagne cette promenade vaut quant à lui largement ce moment sur l'eau. A part nous, tous les passagers sont des touristes indiens plutôt bruyants, issus de la classe moyenne émergente.

Goa2 12 Goa2 13

 

Pour notre dîner, nous retournons au Viva Panjim où nous étions déjà passés au début de notre voyage, et faisons honneur à leur mutton xacuti. Pour passer le temps qui nous reste avant de quitter Goa, nous prenons un dernier verre au balcon de la Hospederia Venite. Nous retournons ensuite récupérer nos bagages à notre hôtel, d'où un taxi nous conduit à l'aéroport.

29 juillet : Goa - Bruxelles

Notre vol de retour s'effectue en deux étapes, avec escale à Doha. Il nous faut attendre une partie de la nuit à l'aéroport de Goa, car notre avion ne décolle qu'à 4h30 du matin. Notre premier vol dure plus de trois heures et demie, suivi d'une attente de trois heures pour la correspondance à Doha. Nous mettons ces temps morts à profit pour rédiger les dernières lignes de cet article.

Ces trois semaines à Goa et au Karnataka nous ont coûté 52.000 Rs (soit un peu moins de 750 euros) tout compris, pour deux, billets d'avion exceptés. Compte tenu du nombre et de la qualité des choses faites et des lieux visités, tout cela sans se priver, le rapport qualité-prix est imbattable.

Faut-il aller en Inde ? La réponse ne peut être qu'un oui enthousiaste !

Catherine et Daniel

Partager cet article

Repost 0
Publié par tables-et-voyages - dans Voyages
commenter cet article

commentaires