2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 16:02
Comme chez Soi

Chère lectrice, cher lecteur, bonjour !

Comme chez Soi est une institution bruxelloise qui existe depuis près d'un siècle déjà. C'est actuellement le chef Lionel Rigolet, gendre de Pierre Wynants, qui exprime ses talents dans cet établissement doublement étoilé situé place Rouppe, au numéro 23, à deux pas de la gare du Midi de Bruxelles.

Nous avons réservé une table dans la cuisine, et sommes donc aux premières loges pour profiter de l'animation interne de cette grande maison.

Nous optons pour le plus grand menu, composé de 6 services, à 199 euros par personne. L'établissement ne proposant pas de vins assortis, nous optons pour une bouteille de Pouilly-Fuissé Tête de Cru J.-J. Vincent 2010. La carte des vins  est présentée sous forme de tablette électronique où il suffit de cocher la case du vin désiré. Heureusement, il existe une présélection de vins à moins de 100 euros, car le reste peut atteindre des sommets.

Le repas s'ouvre sur une coupe de champagne (14,50 €), accompagnée d'une première assiette de deux mises en bouche : un croquant de saumon fumé avec purée de petits pois, et bouchée de jambon bresaola au basilic. Deux dégustations succulentes, dont nous apprécions la combinaison de textures et la finesse.

Saumon fumé et jambon bresaola

Saumon fumé et jambon bresaola

Arrive maintenant la seconde assiette de dégustations : un tartare d'herbes et de granny smith avec filet de maatje ; une roulade de maquereau, naverade et coulis de persil ; un consommé d'écrevisses à la citronnelle avec biscuit à la crème Isigny. Ici aussi, des saveurs bien établies, et une très agréable note asiatique avec la citronnelle du consommé.

Maatje, roulade de maquereau et consommé

Maatje, roulade de maquereau et consommé

Nous entamons le menu proprement dit avec un cannelloni de veau, pignons de pin, parmesan, câpres, émulsion d'anchois de Cetara. Nous poursuivons sur la même lancée, avec une préparation très juste, un clin d'œil à l'Italie dans les saveurs, et un beau jeu de textures, très équilibré.

Cannelloni de veau

Cannelloni de veau

Le deuxième service est un bar de ligne, huile infusée aux épices et basilic, olives Taggiasche, tomates cœur de bœuf. Un plat d'apparence très simple, dans lequel le poisson est idéalement cuit, avec des saveurs méditerranéennes, dans la continuité du plat précédent. Un vrai délice !

Bar de ligne

Bar de ligne

L'assiette suivante est un ragoût de homard de l'Escaut oriental aux morilles fraîches, artichaut poivrade, thym citron et poivre Ishigaki. Une explosion de saveurs puissantes, et un homard à la texture particulièrement ferme font de ce plat un nouveau moment fort de notre repas. Mention spéciale également pour l'artichaut. 

Homard de l'Escaut oriental

Homard de l'Escaut oriental

Pour le plat suivant, la carte permet le choix entre un sandre, salade de fenouil, couteau et coulis d'araignée de mer, ou bien un porcelet de Ségovie, sauce arabica, asperges de Malines et fine purée de brocoli au wasabi.

Deux plats très bien réalisés, à l'image du reste du menu, avec toujours de la recherche et du raffinement, et des saveurs d'une grande précision.

Sandre et porcelet
Sandre et porcelet

Sandre et porcelet

Nous arrivons au premier dessert, une mousse de fraises à l'eau de Villée, sorbet rhubarbe au thé Calcutta, marmelade d'oranges, crème légère de yaourt au citron vert. Une composition toute en légèreté et en fraîcheur, le jeu des textures faisant une fois encore écho à celui des saveurs.

Dessert à la mousse de fraises, etc.Dessert à la mousse de fraises, etc.

Dessert à la mousse de fraises, etc.

Le menu s'achève sur un velours de chocolat amer, praliné, tuile aux noisettes torréfiées, caramel au vinaigre de cabernet et cannelle, sorbet exotique à la mélisse. Des saveurs très riches et généreuses, mais tout en subtilité. Un dessert somptueux.

Velours de chocolat

Velours de chocolat

Notre café est agrémenté de deux assiettes successives de mignardises, toujours dans l'esprit raffiné et savoureux du menu. Nous ne parvenons malheureusement plus à les manger jusqu'à la dernière, notre estomac déclarant forfait.

MignardisesMignardises

Mignardises

En conclusion, nous avons connu un repas d'exception, un hommage gastronomique aux saveurs et aux textures d'une cuisine belge magnifiée, avec une note d'exotisme venant colorer chaque plat de sa personnalité propre.

Nous avons aussi apprécié l'ambiance très particulière de l'établissement, respirant à la fois la classe naturelle des grandes maisons, sans ostentation, et une convivialité décontractée, qui fait qu'effectivement, on se sent "comme chez soi". Mention spéciale pour l'oreille attentive autant que discrète du maître d'hôtel.

Ceci, il est vrai, a son prix, mais une circonstance d'exception justifie pleinement la dépense, car on repart émerveillé.

Faut-il aller au Comme chez Soi ? Dès qu'une grande occasion se présente, sans hésiter !

Catherine et Daniel

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par tables-et-voyages - dans Restaurants étoilés
commenter cet article

commentaires