26 janvier 2020 7 26 /01 /janvier /2020 16:32
La Villa Emily

Le restaurant La Villa Emily est situé au 4, rue de l'Abbaye à Bruxelles. Nous poussons la porte et découvrons au rez-de-chaussée un long bar auquel on peut s'attabler tout en profitant d'une vue sur la cuisine. Nous avons néanmoins réservé une table à l'étage, dans une ambiance feutrée et de très bon goût, avec des teintes sombres et chaleureuses ainsi qu'en guise de point de mire un énorme lustre de Murano s'étendant sur 5 mètres de haut à travers deux étages.

Nous optons pour le Menu Passion en 5 services à 125 euros, qui présente la particularité de proposer deux options pour chaque service.

Pour l'apéritif, nous prenons chacun un verre de vin blanc, un Sauvignon blanc de Touraine Les Chardons ainsi qu'un bourgogne Chardonnay Kimmeridgien de Jean-Marc Brocard, tous deux excellents.

Arrive une pré-mise en bouche.

Pré-mise en bouche

Pré-mise en bouche

Suivent quatre petites dégustations : kadaïf et brocoli, rouleau croustillant avec avruga et citron, panisse et aïoli fumé, ainsi que salade César.

Dégustations

Dégustations

Pour notre dernière mise en bouche, nous recevons une préparation à base de céleri-rave, châtaigne et vinaigre balsamique, particulièrement réussie.

Céleri-rave et châtaigne

Céleri-rave et châtaigne

Pour accompagner notre menu, l'établissement ne propose malheureusement pas de wine pairing, si bien que nous devons opter pour une bouteille à la carte, relativement courte (8 pages) et onéreuse. Nous nous laissons guider le sommelier, qui nous recommande un Sauvignon australien Pierro 2015 de l'appellation Margaret River, avec un agréable goût de pierre à fusil.

Notre première assiette est une préparation à base de langoustine juste cuite, chou rouge et menthe. La cuisson est parfaite, les saveurs précises et maîtrisées.

Langoustine et chou rouge

Langoustine et chou rouge

L'autre convive a commandé la deuxième option, qui décline Saint-Jacques brûlées, chou-fleur et caviar. Les Saint-Jacques nacrées sont d'une tendreté absolue, un contraste des plus réussis avec la texture croquante du chou-fleur.

Saint-Jacques et chou-fleur

Saint-Jacques et chou-fleur

En deuxième service, nous optons unanimement pour le dos de sandre rôti, fondue d'oignons et truffe noire. Le sandre excelle par la justesse de sa cuisson.

Sandre et fondue d'oignons

Sandre et fondue d'oignons

L'assiette suivante est un homard bleu rôti avec navet au curry et bisque à la verveine, une préparation à la saveur corsée. 

Homard et navet

Homard et navet

Notre première bouteille de vin blanc étant vide, le sommelier nous propose un Château Lamothe-Bouscaut, un Pessac-Leognan de 2017 qui complète judicieusement le premier flacon. Il accompagne une préparation de tronçons de sole avec cassolette de salsifis et noix, jus d'arêtes au vin rouge. Toujours dans la même maîtrise absolue des cuissons, des saveurs et des textures.

Sole et salsifis

Sole et salsifis

Nous arrivons maintenant au dessert, une préparation à base de pamplemousse, chocolat blanc et estragon, une combinaison rafraîchissante et astringente. 

Pamplemousse, chocolat blanc et estragon

Pamplemousse, chocolat blanc et estragon

L'autre convive opte pour la deuxième option, un croustillant caramel avec noisettes et sorbet au yaourt, un dessert plus en rondeur.

Croustillant caramel

Croustillant caramel

Nous commandons encore un espresso, qui arrive accompagné d'un assortiment de quatre mignardises très réussies.

Mignardises

Mignardises

En résumé, nous avons passé un excellent moment de table. La cuisine de Mathieu Jacri est précise et juste, et témoigne d'une belle maturité. Le chef ne cède jamais à la facilité superficielle, mais fait toujours preuve d'une conception réfléchie et efficace, faisant la part belle à des produits de qualité. Nous avons apprécié le travail du sommelier, excellent et sympathique conseiller. Nous regrettons toutefois l'absence d'une formule de vins assortis au menu.

Côté prix, les 125 euros demandés pour le menu 5 services nous paraît parfaitement justifié. Les prix des vins sont par contre assez élevés, et font vite grimper l'addition. Dans notre cas, celle-ci s'élevait à 196 euros par personne, apéritif, vin et café compris.

Faut-il aller à La Villa Emily ? Certainement, pour y trouver la qualité d'une grande maison dans un cadre élégant. 

Partager cet article

Repost0

commentaires