13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 13:51
Voyage au Guatemala – 5 : Antigua, volcán Pacaya, Bruxelles

Vendredi 3 janvier

Pour cette journée presque exclusivement consacrée au transport, nous nous levons dès cinq heures du matin pour rejoindre la ‘lancha’ réservée qui relie Livingston à Puerto Barrios, au sud de la baie d’Amatique. Il n’y a malheureusement plus de place à bord, mais une deuxième ‘lancha’ se libère, et nous pouvons embarquer dans les temps.

La traversée jusqu’à Puerto Barrios prend une petite demi-heure. Dix minutes de marche nous séparent de l’arrêt du bus, et nous grimpons à bord du pullman pour Guatemala Ciudad, dans lequel nous passons 6 heures. Un chauffeur nous conduit enfin en voiture privée à Antigua, la destination finale du jour.

Histoire de se dégourdir les jambes, nous nous offrons une petite balade en ville, avant de prendre le repas du soir au Frida’s, une adresse au look branché qui sert une bonne cuisine mexicaine.

Samedi 4 janvier

Aujourd’hui encore, nous nous levons tôt et embarquons dès 6 heures avec un panier pique-nique à bord d’un minibus qui nous emmène au point de départ de l’ascension du volcan Pacaya, à une heure et demie de route d’Antigua. À pied, sans céder aux sollicitations de quelques locaux qui nous proposent les services d’un ‘taxi’, comprenez un cheval, nous entamons la montée, entrecoupée de quelques haltes, des quelque 400 mètres de dénivelé.

Les taxis du Pacaya

Les taxis du Pacaya

Peu à peu, le sentier de terre fait place à la pouzzolane, et devient plus difficilement praticable. Nous finissons par rejoindre le cône proprement dit et avançons avec précaution sur les formes fantasques des coulées de lave solidifiées. Le volcan est toujours en activité, la chaleur émane des interstices, et il est possible d’y faire cuire de la guimauve au bout d’un bâtonnet. Malheureusement, le temps n’est pas de la partie, et le superbe panorama attendu sur le Pacifique et les volcans environnants est parfaitement invisible, masqué par une épaisse purée de poix qui réduit la visibilité à quelques mètres seulement.

Volcán Pacaya

Volcán Pacaya

Voyage au Guatemala – 5 : Antigua, volcán Pacaya, Bruxelles

La descente est nettement plus facile et rapide, la fine pouzzolane amortit agréablement les chocs. Nous revenons à Antigua à bord de la même navette, faisons une petite halte à l’hôtel pour nous reposer de nos efforts, puis prenons un tuk-tuk pour nous rendre au centre culturel La Azotea, situé à Jocotenango, en périphérie d’Antigua. Il s’agit d’un ensemble de trois musées, consacrés respectivement au café, aux instruments de musique mayas et aux costumes et à l’artisanat de la vallée d’Antigua. Seul le musée du café est ouvert, et nous en faisons le tour accompagnés d’un guide privé qui nous fait également visiter la plantation de café attenante. Le jardin est très beau, ombragé d’avocatiers et de bananiers qui protègent les caféiers du soleil.

Séchage de café lavé

Séchage de café lavé

Jardin de La Azotea

Jardin de La Azotea

Nous reprenons un tuk-tuk pour revenir à Antigua, et plus précisément au café No Sé, où nous dégustons deux éditions (Añejo et Reposado) de l’excellent Ilegal Mezcal. Les lieux sont sombres, chichement éclairés à la bougie, dans l’esprit d’une taverne clandestine regorgeant d’atmosphère.

Au café No Sé

Au café No Sé

Après un dernier passage à l’hôtel, nous prenons l’ultime dîner de notre séjour au Mesón Panza Verde, un établissement haut de gamme qui sert une savoureuse cuisine d’inspiration française à base d’ingrédients locaux. Nous nous attablons dans une cave voûtée, romantique à souhait, et profitons de belles chansons latino-américaines exécutées avec talent par un chanteur-guitariste. 

Dimanche 5 / lundi 6 janvier

Nous prenons notre dernier petit déjeuner au Viejo Café, puis quittons Antigua à bord de la voiture privée qui nous dépose à l’aéroport La Aurora de Guatemala. Nos trois vols successifs (Guatemala – Miami, Miami – Londres et Londres – Bruxelles) se déroulent sans encombre, et nous ne rencontrons pas la moindre difficulté aux contrôles des douanes, malgré les tablettes de chocolat et les sacs de café en grain contenus dans nos bagages en cabine. Nous atterrissons à Zaventem le lundi 6 janvier, à 15h35.

En résumé, nous sommes impressionnés et séduits par notre première incursion en Amérique centrale. Ce superbe circuit a été organisé par une agence locale, Bon Voyage Central America, gérée de main de maître par son sympathique et enthousiaste fondateur Arnaud Hammer et son équipe.

Nous avons trouvé au Guatemala des traditions mayas bien vivantes, de fabuleux sites archéologiques, magnifiquement situés en plein cœur de la jungle, ainsi que des paysages aussi superbes que variés, allant des volcans à la nature caribéenne des environs de Livingston, en passant par la jungle et les lacs, sans oublier le charme de la ville coloniale d’Antigua. La population est avenante et souriante. La cuisine, simple, voire peu originale, est néanmoins d’une bonne qualité générale, à base de produits sains et savoureux, et offre largement de quoi satisfaire les plus exigeants des appétits. Outre du rhum et du mezcal, on y sert de bons vins sud-américains, de rafraîchissantes bières locales et des cocktails à profusion.

S’il ne s’agit pas du pays le meilleur marché, les prix pratiqués au Guatemala, environ 15 à 20% moins élevés qu’en Belgique ou en France, en font néanmoins une destination de vacances abordable.

Bien qu’Internet recommande la plus grande vigilance, nous n’avons vécu ni même constaté aucune situation de danger en matière de sécurité. Précisons toutefois que nous avons évité Guatemala Ciudad, dont certains quartiers ne bénéficient pas de la meilleure réputation, surtout après la tombée de la nuit.

Un minimum de pratique de l’espagnol est d’une grande aide : bon nombre de Guatémaltèques auxquels nous nous sommes adressés ne parlaient ni ne comprenaient l’anglais - sans même mentionner le français. 

Les 12 jours de notre séjour nous ont offert un bel aperçu général de ce splendide pays, mais deux ou trois jours supplémentaires auraient permis de combler les dernières petites lacunes : El Mirador, Semuc Champey, Quetzaltenango, Cobán, etc.

Ce voyage nous aura coûté 2900 euros par personne, absolument tout compris : vols aller-retour (1250 euros p.p.), agence locale, hôtels 2 étoiles, vol intérieur et autres transports par voiture privée, navette, bus, bateau et autres, repas, visites, cadeaux...

Faut-il aller au Guatemala ?

Ce splendide pays comblera à la fois les amateurs de nature, de culture, d’histoire et de traditions.

Voyage au Guatemala – 5 : Antigua, volcán Pacaya, Bruxelles
Voyage au Guatemala – 5 : Antigua, volcán Pacaya, Bruxelles

Partager cet article

Repost0

commentaires