30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 18:08
3 semaines en France – 2 : de Quimper à Léognan

Mercredi 22 juillet : Quimper – Concarneau – Locmariaquer - Carnac – Quiberon – Belle-Île – Nantes (310 km)

Nous partons prendre notre petit déjeuner à 25 kilomètres de là, dans la ville close de Concarneau, enserrée dans ses fortifications médiévales, où nous nous attablons en terrasse afin de nous sustenter d’un café et d’un délicieux kouign-amann. Nous nous rendons ensuite à Locmariaquer (100 km) et visitons le site des mégalithes datant du néolithique, dont le grand menhir brisé, qui mesurait près de 20 mètres de haut et faisait partie d’un important sanctuaire. La Table des Marchand est quant à elle un dolmen recouvert d’un cairn, avec un couloir menant à la chambre funéraire.

Non loin de là (10 km) se dressent les alignements de Carnac. Nous visitons celui du Ménec, qui regroupe 1170 menhirs répartis en 11 rangées, sur près d’un kilomètre de long et jusqu’à 100 mètres de largeur. Des sites à la fois impressionnants et touchants. 

 

 

Concarneau

Concarneau

Locmariaquer

Locmariaquer

Carnac

Carnac

Après cette intéressante visite, nous mettons le cap sur la presqu’île de Quiberon (15 km) afin d’embarquer pour Belle-Île-en-Mer. Un ferry nous y conduit pour 31 euros par personne. Après 45 minutes de trajet, nous accostons au Palais, d’où nous entamons une petite visite des environs directs, à savoir les fortifications de Vauban, qui offrent de très jolies vues sur la ville et la mer en contrebas. Nous nous offrons un temps de repos sur une terrasse en bord de mer à siroter un cidre en attendant notre ferry du retour.

 

Quiberon

Quiberon

Belle-Île-en-Mer

Belle-Île-en-Mer

Il est 18 heures lorsque nous quittons Quiberon pour Nantes (160 km). 

Nous nous attablons à l’Instinct Gourmand, qui propose un menu soigné à 34 euros. L’addition totale s’élève à 50 euros par personne. Il fait presque nuit lorsque nous arrivons à notre hôtel, le Maisons du Monde Hôtel & Suites (81 euros), un charmant établissement offrant un excellent rapport qualité-prix.

Jeudi 23 juillet : Nantes – La Rochelle (135 km)

Nous consacrons notre matinée à la visite de Nantes, et passons devant la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul dont il est impossible de visiter l’intérieur en raison de l’incendie ayant totalement détruit le grand orgue du 17e  et les vitraux du 15e, quelques jours plus tôt.

À deux pas de là se dresse le château des ducs de Bretagne, à la fois place forte et palais à l’architecture élégante. Nous nous promenons sur les remparts qui offrent un beau panorama sur la ville.

 

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes

Château des ducs de Bretagne

Château des ducs de Bretagne

Une fois ressortis, nous flânons dans les rues bordées d’immeubles chics, qui confèrent à la ville un caractère plutôt cossu.

Notre dernière visite est pour Les Machines de l’Île, un lieu peuplé d’étranges créatures évoquant Jules Vernes, Léonard de Vinci et le passé industriel de la ville. Le fabuleux Grand Éléphant, tout de métal, de bois et de cuir, promène à pas lents ses spectaculaires 12 mètres de haut sur le site. Nous n’achetons pas de billet d’accès aux autres attractions (Carrousel des mondes marins, Galerie des Machines), mais le peu que nous en voyons fait tout aussi clairement référence à l’esthétique du steampunk.

 

Grand Éléphant des Machines de l’Île

Grand Éléphant des Machines de l’Île

Nous regagnons notre voiture et partons pour notre destination suivante, La Rochelle (135 km), que nous atteignons après 2 heures de route. Nous avons réservé une chambre à l’hôtel de la Paix (101 euros), un établissement simple installé dans une maison de caractère.  

Après un temps de repos, nous partons à la découverte des rues bordées d’arcades du centre historique. Nous arrivons ensuite au Vieux-Port, gardé par les célèbres deux tours médiévales. Nous flânons avec plaisir dans ce quartier évocateur, avant de nous installer à une terrasse au bord de quai Duperré, et profiter de la vue tout en sirotant quelques rafraîchissements.

 

La Rochelle

La Rochelle

Le soir venu, nous nous attablons au restaurant Le Mail, qui sert une cuisine simple mais de bonne qualité dans un cadre agréable, tout en longueur. Nous optons pour le menu à 26 euros, pour une addition finale de 45 euros par personne.

Vendredi 24 juillet : La Rochelle – Saintes – Bordeaux (195 km)

Après notre petit café matinal, nous prenons la route en direction de Bordeaux, mais faisons tout d’abord une halte à Saintes (75 km), dont l’atmosphère annonce déjà clairement le sud avec ses allées bordées de platanes. La ville possède un beau patrimoine architectural, avec une superbe abbaye bénédictine, l’abbaye aux Dames, et de remarquables vestiges gallo-romains. Nous prenons un café dans une jolie cour ancienne avant de reprendre la route.

 

Saintes

Saintes

Environ 1 heure et demie plus tard, nous arrivons à Bordeaux (120 km). Nous avons réservé à l’hôtel Konti (114 euros), idéalement situé dans le centre historique à deux pas de la Place des Grands Hommes, où un parking permet de se garer sans difficulté.

Nous profitons de l’après-midi pour musarder dans le superbe centre historique du 18e siècle, avec ses bâtisses de pierre ocre ornées de curieux mascarons. Nous passons notamment devant la place de la Bourse et ses bâtiments symétriques de part et d’autre de la rue Saint-Rémi. En face, à côté de la Garonne, le Miroir d’eau reflète les façades grâce à une multitude de fontaines basses.

 

Bordeaux, le Miroir d’eau

Bordeaux, le Miroir d’eau

Nous passons également par la majestueuse cathédrale primatiale Saint-André, le Grand Théâtre et les portes Cailhau et Dijeaux.

Nous nous offrons une pause rafraîchissante, le temps de siroter un verre de vin tout en dégustant quelques huîtres, avant de poursuivre notre balade au fil des rues dans la lumière dorée du soleil qui décline. Notre table du soir est réservée au restaurant Mets Mots, qui propose un menu en 3 services à 39 euros. La cuisine est créative et d’excellente qualité, tandis que la note finale s’élève à 58 euros par personne. 

Samedi 25 juillet : Bordeaux – Léognan (15 km)

Nous consacrons la matinée à la visite de la Cité du Vin, inaugurée en 2016. La forme du bâtiment évoque une carafe à vin posée au bord de la Garonne, tandis que la voûte boisée du parcours permanent rappelle notamment l’intérieur d’un tonneau. Le parcours propose une exploration de la culture du vin en 19 espaces thématiques. Grâce à une muséographie très réussie, tous les sens sont sollicités et la visite s’avère particulièrement instructive. Celle-ci s’achève d’ailleurs par la dégustation d’un verre de vin servi au Belvédère, à choisir parmi une bonne quinzaine d’étiquettes.

 

Bordeaux

Bordeaux

La Cité du Vin

La Cité du Vin

Nous ne parcourons qu’une quinzaine de kilomètres pour parvenir à notre destination du jour, le château Léognan, qui propose un service de chambres d’hôte, avec découverte du château, dégustation et petit déjeuner, pour 120 euros pour 2 personnes. Notre chambre, la Garance, est agréable et colorée, et nous y posons nos valises avant de sillonner les environs en voiture, au fil des prestigieux châteaux des crus classés Pessac-Léognan, histoire de mettre une image sur des noms aussi renommés que Haut-Brion, Carbonnieux, Brown, Fieuzal...

De retour à ‘notre’ château Léognan, nous entamons la visite des lieux. Le domaine a été repris en 2007 par Philippe et Chantal Miecaze, et leur premier millésime date de la même année. Les vignes sont nettement plus anciennes, et étaient cultivées avant la reprise par le prestigieux Domaine de Chevalier. De quoi faire un vin de grande qualité, un défi entièrement relevé par les nouveaux propriétaires ! Dans la mignonne petite chapelle du 19e siècle, toujours consacrée, quelques photos témoignent des rénovations et illustrent la culture de la vigne comme l’élaboration des vins.  Après les explications, place à la dégustation. Nous sommes fortement séduits par la qualité des vins découverts, et ne résistons pas à l’achat de quelques flacons.

Pour le repas du soir, nous avons réservé au restaurant Le Manège, aménagé dans les anciennes écuries du château. Le menu à 38 euros permet de choisir trois services parmi deux doubles propositions (« les pieds dans le Terroir » et « la tête dans les Étoiles »). Nous y adjoignons une bouteille du vin de la maison, édition 2012, proposée ici à 40 euros. Le vin est délicieux, velouté à souhait, mais les plats, s’ils sont corrects, manquent malheureusement de finesse. Nous passons une excellente nuit au château Léognan.

 

 

Château Léognan

Château Léognan

Partager cet article

Repost0

commentaires