27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 18:55
Louise 345 (image internet)

Louise 345 (image internet)

Comme son nom l'indique, l'établissement Louise 345 est établi au numéro correspondant de l'avenue homonyme, à Bruxelles. On accède en toute discrétion à cette maison de maître du 19ème siècle, dont le rez-de-chaussée a été aménagé en salon / salle à manger cosy, dans l'esprit des anciens gentlemen's clubs londoniens, avec lumière tamisée (nos excuses pour la médiocre qualité de nos photos) et splendide papier peint imprimé orientalisant. La cuisine du sous-sol est le domaine d'Isabelle Arpin, chef étoilée ayant officié auparavant chez Alexandre et au Wy.

Nous prenons place tout d'abord au salon, aménagé côté rue, et y dégustons tranquillement une agréable coupe de champagne et de petites mises en bouche tout en découvrant la carte, laquelle propose un Menu Gourmand décliné en 3 à 6 services selon les envies, avec ou sans les vins. Nous optons pour la formule à 4 services, vins compris (125 euros par personne).

Notre première assiette, un bœuf txogitxu avec œuf de caille, gribiche et toast, donne d'emblée le ton de la soirée. Exécution irréprochable, équilibre raffiné des goûts et des textures, et harmonie liant tradition et originalité. Le vin est un Riesling Cuvée de l'Ours Noir de la maison Cattin, à la fois floral et fruité.

Bœuf txogitxu

Bœuf txogitxu

Avec ce même vin, nous recevons ensuite une noix de Saint-Jacques avec topinambour, foie gras, orange et orge torréfiée. Nous sommes particulièrement séduits par la cuisson parfaite du coquillage et l'apport gustatif de l'orge à la combinaison de ce plat à la fois simple et subtil.

Noix de Saint-Jacques

Noix de Saint-Jacques

Suit une lotte avec curry rouge thaï, chou kale et cacahuète. Comme l'indiquent les ingrédients, ce plat, délicieux par ailleurs, s'inscrit gustativement dans une sensibilité plus exotique, en dehors du reste du menu. Mais la notion de cohérence en tant qu'obligation absolue n'entre pas dans la philosophie de la sympathique cheffe, ainsi qu'elle nous le confirme de vive voix et avec beaucoup d'enthousiasme à l'issue du repas. Dans nos verres, un Châteauneuf du-Pape Roger Perrin aux accents de fruits rouges et épices poivrées.

Lotte au curry rouge

Lotte au curry rouge

Le dessert associe avec finesse céleri, banane, rhum, noisette et café, dans une complexité assumée de goûts et de textures. Il est idéalement accompagné d'un Gewurztraminer Freyermuth bien fruité.

Céleri, banane, etc.

Céleri, banane, etc.

Le repas s'achève en douceur sur un café servi avec trois excellentes mignardises pour chacun.

Mignardises

Mignardises

En résumé, nous avons passé une excellente soirée au Louise 345. L'endroit est accueillant, et la décoration et l'éclairage contribuent efficacement à la sensation de confort qu'exprime cette ambiance feutrée. Ceux qui désireraient prolonger leur séjour jusqu'au lendemain peuvent faire leur choix parmi les quatre suites élégantes que propose cette belle adresse. La cuisine d'Isabelle Arpin est une brillante réussite, avec un équilibre constant entre référence aux traditions et apports personnels, et une exécution soignée de bout en bout. Les vins proposés sont choisis avec intelligence et à-propos, et le sommelier aussi affable que stylé. Avec une ardoise totale de 146 euros par personne, le prix se situe plutôt dans la tranche supérieure.

Faut-il aller au Louise 345 ? Cette adresse est à inscrire impérativement dans votre agenda, mais vous n'y aurez accès que sous réservation préalable.

Catherine et Daniel

Partager cet article

Repost0

commentaires