7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 19:49

 

Bonbon extérieur

 

Chère lectrice, cher lecteur, bonjour !

L'ancien établissement "Les trois couleurs" a fait place au restaurant bon-bon, le "salon de l'artisan cuisinier" Christophe Hardiquest. L'aménagement intérieur s'avère plus actuel que ne le laisse supposer la façade de cette nouvelle adresse. La décoration est sobre et de bon goût, avec une large vue sur la cuisine ouverte dans laquelle s'active un personnel nombreux.

Bonbon intérieur

 

Comme il est d'usage chez bon-bon, le menu, improvisé par le chef, reste une surprise. Nous n'avons qu'à choisir le nombre de plats désiré, et optons pour le menu Passion, qui propose sept services, avec vins. Les festivités s'ouvrent sur une coupe de champagne Camille Bonville 100% Chardonnay. On nous présente un joli quatuor de mises en bouche, présenté sur un plateau à l'esthétique japonisante. Un barbagiuan, une sorte de pizza farcie typique de la région de Monaco, un maatje avec crème de yaourt et concombre mariné, une panna cotta de chèvre avec sorbet de concombre et crumble de pain à la tomate, et enfin un gaspacho d'ail blanc, amandes fraîches et tomates. Les quatre dégustations sont hautes en saveur et laissent présager une suite de haute tenue.

Bonbon plateau 4:4
Bonbon plateau 3:4
Barbagiuan Maatje
Bonbon plateau 1:4 Bonbon plateau 2:4
Panna cotta de chèvre Gaspacho

 

Pour suivre, nous recevons, sur un fond de panna cotta de chou-fleur, une composition de crevettes grises de Zeebruges, tartare d'huîtres Perle Blanche, gelée de vodka, caviar d'avruga fumé et sorbet de cerfeuil. Les textures comme les saveurs contrastent agréablement et, comme pour les dégustations précédentes, nous sommes à nouveau séduits par le caractère prononcé des différents goûts. Pour accompagner ce service, nous recevons dans notre verre un Gessami de Gramona (Penedès) 2011, un vin onctueux et floral. 

Une deuxième composition froide nous est servie : king crabe de la mer de Barents, espuma de foie gras et granité aux radis roses, comcombre mariné et légèrement grillé. Une association audacieuse et particulièrement bien présentée. Dans notre verre, une Roussette de Savoie, Marestel, un vin assez léger et végétal. 

Bonbon panna cotta Bonbon crabe
Panna cotta de chou-fleur King crabe

 

Nous passons ensuite à du boeuf Black Angus irlandais travaillé en carpaccio, et agrémenté de vinaigrette à l'italienne, chantilly de pesto, céleri et parmesan. Le céleri apporte une fraîcheur acidulée à ce plat très agréable. Dans notre verre, un vin du pays d'Oc, un Marie Nostra du domaine de la Dourbie 2008, aux arômes d'amandes et noisettes, avec une finale boisée.

Le plat suivant, une raviole de fromage de chèvre, avec cannelloni de fenouil et avocat, nous impressionne surtout par le mode de préparation du bouillon qui l'accompagne. De l'eau de tomates est infusée sous nos yeux dans une cafetière à dépression, puis servie dans un petit verre. Quant au vin, il s'agit d'un Xérès Colosia Oloroso, qu'on nous recommande de ne pas goûter avant le plat. 

Bonbon carpaccio Bonbon bouillon
Carpaccio

Raviole de chèvre

 

Ensuite, on nous présente un saint-pierre breton de Saint-Guénolé, accompagné d'huile de menthe et fines herbes, asperges blanches légèrement grillées, tomates siciliennes, poivrons espagnols et croquettes d'olives noires. Le chair du poisson, parfaitement cuite à basse température, est remarquablement tendre et parfumée. Le vin qui l'accompagne est un Côte de Brouilly 2010, cuvée Mélanie, de chez Daniel Bouland. Nez de fruits des bois et notes fumées.

Nous passons maintenant à une préparation de poitrine de pigeon avec, notamment, croustillant de pommes de terre et condiment de petits pois. Une assiette encore une fois extrêmement savoureuse, accompagnée par un verre de Nero di Lupo, de Sicile.

Bonbon saint-pierre Bonbon pigeon
Saint-pierre Pigeon

 

Nous clôturons ce repas gastronomique par une préparation très fraîche de melon décliné en chiffonnade et sorbet, suivie par un impressionnant chariot de douceurs, dont nous goûtons quatre ou cinq exemplaires (cuberdon, macaron, chocolat, guimauve, etc.), tous absoluments délicieux.

Bonbon melon Bonbon desserts
Melon Douceurs

 

En conclusion, nous avons passé une de nos soirées les plus mémorables à ce jour. La cuisine était inventive de bout en bout, précise, et d'une remarquable variété de goûts et de textures. Mention spéciale aussi pour le pain, tout simplement divin. Mais cette extrême qualité a un prix... Il faut en effet compter 205 euros pour ce menu de sept services et sept vins.

Faut-il aller chez bon-bon ? Très certainement, si votre portefeuille vous le permet.

Catherine et Daniel 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Publié par tables-et-voyages - dans Restaurants étoilés
commenter cet article